Urgence sanitaire – calcul des délais
Chercher un bureau
« Le contrôle étatique des sentences arbitrales internationales »

« Le contrôle étatique des sentences arbitrales internationales »

Publié le : 08/07/2015 08 juillet juil. 2015

Monsieur Jérémy JOURDAN-MARQUES : « Le contrôle étatique des sentences arbitrales internationales » (Sous la direction du Professeur Thomas Clay)

Membres du jury :
Cécile CHAINAIS, Professeur à l’Université Panthéon-Assas Paris II - Rapporteur
François-Xavier TRAIN, Professeur à l’Université de Paris-Ouest Nanterre La Défense - Rapporteur
Thomas CLAY, Professeur à l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines - Directeur de thèse
Éric LOQUIN, Professeur à l’Université de Bourgogne - Examinateur
Pierre MAYER, Professeur Émérite à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne - Examinateur
 
Par un étonnant paradoxe, le contrôle étatique des sentences arbitrales internationales conduit à réintroduire la justice étatique là où les parties avaient voulu l’exclure. Mais ce paradoxe pourrait n’être qu’apparent. Une approche fondée sur la distinction entre les intérêts publics et les intérêts privés ouvre de nouvelles perspectives.
 
L’examen réalisé par le juge étatique l’invite à s’assurer, d’une part, du respect par les arbitres des intérêts privés des parties et, d’autre part, à contrôler la compatibilité de la sentence avec ses intérêts publics. Aussi paraît-il concevable que l’intérêt en cause puisse modifier directement la nature du contrôle exercé. Selon le grief invoqué, il est proposé de conférer au juge des prérogatives différentes. Par exemple, là où la nature privée de l’intérêt justifie que le juge ne relève pas d’office le grief, il est indispensable qu’il en aille différemment en cas de violation potentielle d’un intérêt public. De la même manière, le caractère privé de l’intérêt n’appelle pas toujours un contrôle d’une forte intensité, alors qu’il est nécessaire que le grief touchant aux intérêts publics soit examiné de façon approfondie. Par conséquent, les cas d’ouverture d’un recours prévus par le Code de procédure civile relèvent tantôt des intérêts privés, tantôt des intérêts publics. Et selon la nature du grief, le contrôle peut – et doit – être différent.
 
Toutefois, cette approche laisse subsister un paradoxe. La distinction des intérêts publics et des intérêts privés a permis une nouvelle appréhension du contrôle exercé par le juge étatique. En revanche, l’examen est effectué indistinctement par les juges de l’annulation et de l’exequatur. Cette redondance n’apparaît pas satisfaisante. Il convenait de vérifier si le critère de l’intérêt pouvait être utile pour aboutir à une spécialisation des juges étatiques.
 
Cette problématique permet de revenir sur la circulation des sentences arbitrales internationales, où plusieurs juges sont susceptibles d’intervenir : le juge de l’annulation et le ou les juge(s) de l’exequatur. Pourtant, tous les juges examinent la sentence au regard des mêmes critères. La distinction entre les intérêts privés et les intérêts offre une nouvelle clé de répartition des compétences. Le juge le plus à même de contrôler le respect par la sentence des intérêts privés est celui désigné par les parties. C’est donc au juge de l’annulation que revient cette mission. À l’inverse, ce dernier ne peut être compétent pour contrôler le respect, par la sentence, des intérêts publics. Cette tâche ne peut incomber qu’au juge de l’exequatur, juge chargé de protéger les intérêts de son ordre juridique. La solution proposée est de confier au juge de l’annulation une compétence exclusive en matière d’intérêts privés et au juge de l’exequatur une compétence exclusive en matière d’intérêts publics. Cette spécialisation des juges assure une protection optimale des intérêts privés et publics.
 
En définitive, la distinction des intérêts privés et des intérêts publics peut devenir un instrument de redéfinition du contrôle étatique des sentences arbitrales internationales. À la fois plus respectueux de la volonté des parties, plus protecteur des intérêts étatiques et offrant une solution au désordre actuel du contrôle des sentences arbitrales, ce nouveau paradigme concourt à l’efficacité de l’arbitrage.

Historique

<< < ... 68 69 70 71 72 73 74 ... > >>
Information sur les cookies
Nous avons recours à des cookies techniques pour assurer le bon fonctionnement du site, nous utilisons également des cookies soumis à votre consentement pour collecter des statistiques de visite.
Cliquez ci-dessous sur « ACCEPTER » pour accepter le dépôt de l'ensemble des cookies ou sur « CONFIGURER » pour choisir quels cookies nécessitant votre consentement seront déposés (cookies statistiques), avant de continuer votre visite du site. Plus d'informations
 
ACCEPTER CONFIGURER REFUSER
Gestion des cookies

Les cookies sont des fichiers textes stockés par votre navigateur et utilisés à des fins statistiques ou pour le fonctionnement de certains modules d'identification par exemple.
Ces fichiers ne sont pas dangereux pour votre périphérique et ne sont pas utilisés pour collecter des données personnelles.
Le présent site utilise des cookies d'identification, d'authentification ou de load-balancing ne nécessitant pas de consentement préalable, et des cookies d'analyse de mesure d'audience nécessitant votre consentement en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vous pouvez configurer la mise en place de ces cookies en utilisant les paramètres ci-dessous.
Nous vous informons qu'en cas de blocage de ces cookies certaines fonctionnalités du site peuvent devenir indisponibles.
Google Analytics est un outil de mesure d'audience.
Les cookies déposés par ce service sont utilisés pour recueillir des statistiques de visites anonymes à fin de mesurer, par exemple, le nombre de visistes et de pages vues.
Ces données permettent notamment de suivre la popularité du site, de détecter d'éventuels problèmes de navigation, d'améliorer son ergonomie et donc l'expérience des utilisateurs.