Urgence sanitaire – calcul des délais
Chercher un bureau
Civ., 2ème, 02 Juin 2016, n°15-18.596 (FS-P+B)

Civ., 2ème, 02 Juin 2016, n°15-18.596 (FS-P+B)

Publié le : 07/07/2016 07 juillet juil. 2016

Pour la Cour de cassation, les dispositions de l'article 902 du CPC n'ont pas à s'appliquer en cas de fixation à bref délai devant la Cour d'appel.

--

La Cour de cassation lève un doute qui persistait en considérant que les dispositions de l'article 902 du Code de procédure civile n'ont pas vocation à s'appliquer lorsque l'affaire a reçu une fixation à bref délai par application de l'article 905 du CPC.
 
Par application de l'article 902 du Code de procédure civile, on sait qu'une caducité de la déclaration d'appel, soulevée d'office par le Conseiller de la mise en état, est encourue lorsque l'avocat omet de signifier la déclaration d'appel dans le mois de l'émission de cet avis qu'il a reçu du Greffe via le RPVA. Or, dans la procédure prioritaire de l'article 905 du CPC ordonnée par le Président de la chambre devant laquelle l'affaire est distribuée, il n'y a pas de mise en état et donc pas de Conseiller de la mise en état pour déclarer caduque la déclaration d'appel en raison d'un défaut de signification. En l'espèce, la Cour d'appel avait jugé d'office que le retard d'un jour dans la signification de cette déclaration d'appel par l'avocat de l'appelant entraînait de facto la caducité de la déclaration d'appel.
 
Comme elle l'avait fait auparavant en estimant  que "les dispositions des articles 908 à 911 du Code de procédure civile ne sont pas applicables aux procédures fixées selon les dispositions de l'article 905 du même code" (2eme civ, 16 mai 2013 n°12-19.119 ; avis du 3 juin 2013 n°13-70.004), la Cour de cassation sanctionne cette interprétation en jugeant que les dispositions de l'article 902 du CPC n'ont pas non plus vocation à s'appliquer en cas de fixation à bref délai par application de l'article 905 du CPC. Bien évidemment, l'omission de la signification en cas de circuit classique entraînera aussitôt la caducité de la déclaration d'appel, la Cour de cassation n'ayant pas estimé contraire cette disposition à l'article 6§1 de la CEDH.

Romain Laffly
 

Historique

<< < ... 54 55 56 57 58 59 60 ... > >>
Information sur les cookies
Nous avons recours à des cookies techniques pour assurer le bon fonctionnement du site, nous utilisons également des cookies soumis à votre consentement pour collecter des statistiques de visite.
Cliquez ci-dessous sur « ACCEPTER » pour accepter le dépôt de l'ensemble des cookies ou sur « CONFIGURER » pour choisir quels cookies nécessitant votre consentement seront déposés (cookies statistiques), avant de continuer votre visite du site. Plus d'informations
 
ACCEPTER CONFIGURER REFUSER
Gestion des cookies

Les cookies sont des fichiers textes stockés par votre navigateur et utilisés à des fins statistiques ou pour le fonctionnement de certains modules d'identification par exemple.
Ces fichiers ne sont pas dangereux pour votre périphérique et ne sont pas utilisés pour collecter des données personnelles.
Le présent site utilise des cookies d'identification, d'authentification ou de load-balancing ne nécessitant pas de consentement préalable, et des cookies d'analyse de mesure d'audience nécessitant votre consentement en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vous pouvez configurer la mise en place de ces cookies en utilisant les paramètres ci-dessous.
Nous vous informons qu'en cas de blocage de ces cookies certaines fonctionnalités du site peuvent devenir indisponibles.
Google Analytics est un outil de mesure d'audience.
Les cookies déposés par ce service sont utilisés pour recueillir des statistiques de visites anonymes à fin de mesurer, par exemple, le nombre de visistes et de pages vues.
Ces données permettent notamment de suivre la popularité du site, de détecter d'éventuels problèmes de navigation, d'améliorer son ergonomie et donc l'expérience des utilisateurs.